Les licences libres

logiciels_libres
Les licences libres s’appliquent aux logiciels libres et répondent à une finalité philosophique et politique initiée par Richard Stallman dans le cadre de la Free Software Foundation.
A lire également : Choose an open source license
 

Une licence libre doit respecter les 4 libertés essentielles suivantes :

  1. la liberté d’exécuter le programme comme vous voulez, pour n’importe quel usage (liberté 0) ;
  2. la liberté d’étudier le fonctionnement du programme, et de le modifier pour qu’il effectue vos tâches informatiques comme vous le souhaitez (liberté 1) ; l’accès au code source est une condition nécessaire ;
  3. la liberté de redistribuer des copies, donc d’aider votre voisin (liberté 2) ;
  4. la liberté de distribuer aux autres des copies de vos versions modifiées (liberté 3) ; en faisant cela, vous donnez à toute la communauté une possibilité de profiter de vos changements ; l’accès au code source est une condition nécessaire.

 

Le logiciel libre :

  • Un logiciel Open Source est un logiciel appliquant pratiquement parlant cette philosophie en rendant son code accessible, modifiable et diffusable. Son contraire est appelé logiciel privateur : il est non modifiable et non libre
  • Un logiciel libre peut être redistribué, gratuitement ou non, qu’il ait été modifié ou non
  • Un logiciel libre restera toujours libre, contrairement au logiciel mis sur le domaine public qui peut devenir privateur
  • La Free Software Foundation encourage même à faire payer les logiciels libres redistribués, principalement pour le financement des projets GNU
  • Ce qui importe c’est que le logiciel libre se répande autant que possible et que l’on puisse se le procurer de diverses manières

 

Le copyleft :

  • Le copyleft est une méthode générale pour rendre libre un programme (ou toute autre œuvre) et obliger toutes les versions modifiées ou étendues de ce programme à être libres également
  • système d’hérédité du code source : le code original et le code modifié appartiennent obligatoirement à la même licence
  • système contaminant (on parle parfois de licence virale) : tout code contenant du code sous licence X est automatiquement sous licence X
  • Le copyleft est un type de copyright, dont il a besoin et l’utilisant à bon escient, où left (on l’appelle aussi gauche d’auteur) fait référence à la direction opposée au right : opposition entre liberté et privation

 

Les principales licences libres :

  • La GNU General Public License (GNU GPL) : GPLv3
    C’est largement la licence libre la plus utilisée. Sa principale force est son copyleft
  • La GNU Affero General Public License (GNU AGPL ou GPL Affero) : AGPLv3
    Version légèrement modifiée de la GPLv3, toujours sous copyleft, mais orientée serveurs et logiciels utilisés sur un réseau comme Internet (ex : Opsi, Owncloud, Odoo, Pydio, Zotero, etc.)
  • La GNU Lesser General Public License (GNU LGPL) : LGPLv3
    Licence principalement destinée aux bibliothèques de fonctions dans un but stratégique de propagation, se différenciant de la GPLv3 par l’absence de copyleft (ex : 7-zip, FFmpeg, Qt, PySide, PyQt, PyGTK, etc.)
  • La licence Apache2.0
    Licence compatible GPLv3, mais non copyleft, destinée principalement aux programmes de taille importante, incluant des clauses de fin de brevet et d’indemnisation (ex : HTTP server, Perl, Tomcat, SpamAssassin, etc.)
  • La licence Mozilla Public License (MPL) version 2.0
    Licence libre à copyleft faible, compatble GPLv3, utilisée par exemple pour ISC Bind9 (autres ex : Mozilla Firefox et Thunderbird, LibreOffice, etc.)
  • La licence X11 (ou licence MIT)
    Licence très permissive, sans copyleft, sans clause relative aux brevets, destinée principalement aux petits programmes, contrairement à la licence Apache2.0.
    Elle est utilisée principalement pour la diffusion du gestionnaire de fenêtres X11, d’où son nom, mais aussi par exemple par PoEdit, Putty, etc.

GPLv3
 
Carte_conceptuelle_du_logiciel_libre.svg
Map-fr-i-800
 
Pour un aperçu des principales licences, libres ou non, veuillez consulter la liste établie par le projet GNU.
 

Laisser un commentaire